La Bible de Jérusalem

Job

Chapitre 9

9:1 Job prit la parole et dit :

9:2 En vérité, je sais bien qu'il en est ainsi : l'homme pourrait-il se justifier devant Dieu ?

9:3 A celui qui se plaît à discuter avec lui, il ne répond même pas une fois sur mille.

9:4 Parmi les plus sages et les plus robustes qui donc lui tiendrait tête impunément ?

9:5 Il déplace les montagnes à leur insu et les renverse dans sa colère.

9:6 Il ébranle la terre de son site et fait vaciller ses colonnes.

9:7 A sa défense, le soleil ne se lève pas, il met un sceau sur les étoiles.

9:8 Lui seul a déployé les Cieux et foulé le dos de la Mer.

9:9 Il a fait l'Ourse et Orion, les Pléiades et les Chambres du Sud.

9:10 Il est l'auteur d'œuvres grandioses et insondables, de merveilles qu'on ne peut compter.

9:11 S'il passe sur moi, je ne le vois pas et il glisse imperceptible.

9:12 S'il ravit une proie, qui l'en empêchera et qui osera lui dire : « Que fais-tu ? »

9:13 Dieu ne renonce pas à sa colère : sous lui restent prostrés les alliés de Rahab.

9:14 Et moi, je voudrais me défendre, je choisirais mes arguments contre lui ?

9:15 Même si je suis dans mon droit, je reste sans réponse; c'est mon juge qu'il faudrait supplier.

9:16 Et si, sur mon appel, il daignait me répondre, je ne puis croire qu'il écouterait ma voix,

9:17 lui, qui m'écrase pour un cheveu, qui multiplie sans raison mes blessures

9:18 et ne me laisse même pas reprendre mon souffle, tant il me rassasie d'amertume!

9:19 Recourir à la force ? Il l'emporte en vigueur! Au tribunal ? Mais qui donc l'assignera ?

9:20 Si je me justifie, sa bouche peut me condamner; si je m'estime parfait, me déclarer pervers.

9:21 Mais suis-je parfait ? Je ne le sais plus moi-même, et je rejette ma vie!

9:22 Car c'est tout un et j'ose dire : il fait périr de même l'homme intègre et le méchant.

9:23 Quand un fléau mortel s'abat soudain, il se rit de la détresse des innocents.

9:24 Dans un pays livré au pouvoir d'un méchant, il met un voile sur la face des juges. Si ce n'est pas lui, qui donc alors ?

9:25 Mes jours passent, plus rapides qu'un coureur, ils s'enfuient sans voir le bonheur.

9:26 Ils glissent comme des nacelles de jonc, comme un aigle fond sur sa proie.

9:27 Si je décide d'oublier ma plainte, de changer de mine pour faire gai visage,

9:28 je redoute tous mes tourments, car, je le sais, tu ne me tiens pas pour innocent.

9:29 Et si j'ai commis le mal, à quoi bon me fatiguer en vain ?

9:30 Que je me lave avec de la saponaire, que je purifie mes mains à la soude ?

9:31 Tu me plonges alors dans l'ordure, et mes vêtements mêmes me prennent en horreur!

9:32 Car lui n'est pas, comme moi, un homme : impossible de lui répondre, de comparaître ensemble en justice.

9:33 Pas d'arbitre entre nous pour poser la main sur nous deux,

9:34 pour écarter de moi ses rigueurs, chasser l'épouvante de sa terreur!

9:35 Je parlerai pourtant, sans le craindre, car je ne suis pas tel à mes yeux!